Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Bosch : Heiko Carrie invite les politiques à sortir de leur dogmatisme

Heiko Carrie, président de Bosch France et Benelux.

Bosch : Heiko Carrie invite les politiques à sortir de leur dogmatisme

A l’occasion de sa conférence de presse annuelle, Bosch a levé le voile sur sa dernière technologie de réduction des émissions de NOx. Une innovation qui doit relancer l'intérêt du marché et des autorités publiques pour cette motorisation.

 

"Avec cette percée technologique, nous sommes convaincus que personne ne pourra interdire l’entrée des véhicules diesel dans les villes et centres urbains." Ces propos, tenus par Heiko Carrie, président de Bosch France et Benelux, en disent long sur les ambitions que nourrit le groupe allemand avec sa . Grâce à ce dispositif, l’équipementier assure pouvoir abaisser ces émissions à 13 mg/km lors de trajets enregistrés aux normes RDE, soit un dixième du seuil règlementaire prévu pour 2020.

 

Autre atout de cette technologie : elle est basée sur des composants déjà disponibles sur le marché et ne requiert aucun composant hardware supplémentaire. Autrement dit, cette technologie n’entraîne aucun surcoût et peut déjà être intégrée dans les projets de production. "Nous sommes déjà en discussion avec certains constructeurs", confie le président de Bosch France, qui n’a pas souhaité communiquer la date de commercialisation du premier véhicule équipé de ce dispositif.

 

Un enjeu politique que technologique ?

 

Grâce à cette innovation majeure, le groupe de Stuttgart espère relancer l’intérêt des marchés internationaux pour une motorisation en perte de vitesse. Selon l’Acea, les ventes de véhicules neufs diesel à particuliers ont d’ailleurs baissé de 17 % en Europe au premier trimestre 2018. Malgré ce nouveau repli, l’équipementier n’entend pas abandonner ce marché, estimant que le moteur diesel n’a pas épuisé tout son potentiel de perfectionnement. Ses avancées technologiques ne s’arrêteront d’ailleurs pas à ce nouveau dispositif puisque le groupe espère désormais amplifier les avancées réalisées en faisant appel à l’intelligence artificielle. Objectif affiché : concevoir un moteur à combustion interne qui, en dehors du CO2, n’ait pratiquement aucun impact sur l’air ambiant.

 

Des avancées prometteuses pour le groupe germanique qui devra, s’il souhaite définitivement redorer le blason du diesel, gagner également la bataille de l’opinion. Bosch en est conscient : trois ans après le dieselgate, il ne sera pas simple de convaincre des responsables politiques fermement engagés à bannir le gazole de leurs villes. "Les responsables politiques doivent se fier aux faits et chiffres : les moteurs diesel sont propres et il n’y a aucune raison de les interdire des centres-villes", a conclu Heiko Carrie.   

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le Citroën C5 Aircross se dévoile

Citroën a choisi le parc de Saint-Cloud, en région parisienne, pour la première présentation de son SUV du segment C en Europe. Avec le C5 Aircross, véritablement lancé en fin d'année, la marque

Ventes VN : l’essence s’affirme, le Diesel décline

Les immatriculations françaises de voitures Diesel reculent de 11 % depuis janvier. Un repli dont profitent les modèles essence et hybrides, en forte progression.

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

 
cc
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page