Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Tesla se déploie en Chine

Tesla se déploie en Chine

La société californienne a créé, via sa filiale hongkongaise, une entreprise spécialisée dans la conception de nouveaux véhicules.

 

(Avec AFP)

  

Tesla a créé à Shanghai une société spécialisée dans la conception de nouveaux véhicules, alors que le groupe américain pourrait profiter de la levée de certaines restrictions chinoises sur les constructeurs étrangers pour ouvrir une usine sur ce marché crucial.

 

La filiale hongkongaise du groupe californien a inscrit le 10 mai la société "Tesla (Shanghai) Limited", dont elle est l'unique actionnaire, au registre national des entreprises. Les activités de cette nouvelle société, dotée d'un capital de 100 millions de yuans (13 millions d'euros), comprennent le développement de technologies, l'importation et l'exportation de véhicules électriques et de composants, mais pas la production de voitures.

 

Tesla est déjà présent en Chine, où il importe des véhicules depuis les Etats-Unis et où il possède de luxueux espaces commerciaux. Elon Musk avait déjà assuré début mai que le groupe dévoilerait "prochainement" le lieu où serait construite en Chine la seconde usine de batteries géante... tout en précisant que les usines de batteries auront, à l'avenir, vocation "à produire également des voitures".

 

La création de cette société Tesla à Shanghai intervient alors que la Chine a promis de lever d'ici cinq ans des restrictions empêchant des constructeurs étrangers de contrôler leurs coentreprises en Chine. Pour l'heure, toute multinationale désirant produire des automobiles en Chine doit créer avec un partenaire local une coentreprise dont elle ne peut posséder de 50 %. Ce plafond sera supprimé d'ici 2022 pour la production de voitures individuelles. Et il sera levé dès cette année pour la production de véhicules électriques ou hybrides.

 

Des constructeurs encore dépourvus d'usines sur place et sans engagements avec un partenaire local, à l'instar de Tesla, pourraient tirer leur épingle du jeu.  Même si, étant donné les volumes limités commercialisés par Tesla, il pourrait avoir malgré tout intérêt à s'associer à un groupe chinois pour partager l'usage des coûteuses infrastructures de production, selon des observateurs du secteur.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le Citroën C5 Aircross se dévoile

Citroën a choisi le parc de Saint-Cloud, en région parisienne, pour la première présentation de son SUV du segment C en Europe. Avec le C5 Aircross, véritablement lancé en fin d'année, la marque

Ventes VN : l’essence s’affirme, le Diesel décline

Les immatriculations françaises de voitures Diesel reculent de 11 % depuis janvier. Un repli dont profitent les modèles essence et hybrides, en forte progression.

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

 
cc
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page