Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Valeo lève le voile sur son hybride low cost

Valeo lève le voile sur son hybride low cost

Le salon Vivatech a servi d'espace d'exposition pour le nouveau produit de la gamme Valeo. Il s'agit de la concrétisation du concept d'hybridation avec une batterie de 48 volts.

 

Le VE entre dans l'ère du low-cost. A l'occasion du salon Viva Technology, qui se tient à Paris du 24 au 26 mai, Valeo est venu exposer en première mondiale son système d'hybridation à bas coût des véhicules. Déjà aperçu au CES de Las Vegas en janvier dernier, le concept est désormais prêt à entrer en phase de production.

 

"La période 2018-2022 va marquer une phase de changement massif vers l'électrification des véhicules, sous la pression de la législation, mais aussi grâce à l'évolution technologique", a rappelé les enjeux Michel Forissier, directeur marketing et R&D de la division système de propulsion de Valeo, le chef d'orchestre de ce projet révolutionnaire, lors d'un entretien accordé au Journal de l'Automobile. Il appartient donc aux équipementiers et aux constructeurs de trouver des voies de démocratisation du VE. "Le 48 volts présente ieurs avantages, dont celui d'être peu coûteux car les batteries sont moins volumineuses et il y a moins de contraintes de sécurité", résume-t-il.

 

Paris sans une goutte d'essence

 

La solution de Valeo vise à faire concurrence au diesel. L'hybridation d'un modèle thermique essence avec un pack 48 volts engendre un surcoût "du même ordre de grandeur". "Nous estimons qu'il faudra ajouter 1 500 à 2 000 euros au prix catalogue, soit la différence qu'il y a généralement entre un moteur essence et un diesel", observe Michel Forissier. Mais Valeo a tenu à aller loin. Sur la Volkswagen Golf qui a servi de démonstrateur, l'équipementier a greffé un second moteur électrique sur le train arrière. De fait, il a obtenu une hybride rechargeable, toujours à moindre frais.

 

Mais quid de la performance du 48 volts ? sur le plan énergétique, Valeo se montre confiant car la preuve a été apportée par Geely que l'efficacité est à la clé. "La semaine passée, le constructeur a mis dix exemplaires sur la route pour un trajet de 1 200 km. Ils ont couvert la distance avec un plein et une consommation moyenne de 4,3 l/100", nous rapporte Michel Forissier. Autre fait à mettre au crédit de la solution : à la veille de l'ouverture de Viva Technology, Valeo a entrepris et réussi à traverser Paris – avec la Golf – sans consommer la moindre goutte d'essence, en heure de pointe et par des conditions météorologiques exécrables.

 

Production en France

 

La Chine devrait être le premier débouché pour les raisons que l'on connaît, celles d'une volonté d'électrification du parc roulant. L'Europe suivra sous forme de montée en cadence progressive, notamment au travers des programmes d'autopartage et du marché de la livraison en milieu urbain. "Nous pensons également aux Etats-Unis et à l'Inde", glisse Michel Forissier. "Nous n'avons pas encore démontré l'intérêt en Afrique", admet en revanche le directeur marketing et R&D de la division propulsion.

 

Cette technologie d'hybridation avance un autre argument, celui de la facilité d'implémentation, d'autant que la prise de poids est limitée, de 1 à 2 kg pour la machine électrique qui remplace l'alternateur et 10 à 30 kg pour la batterie. A l'instar de la Golf de laboratoire, il n'est pas nécessaire d'engager un nouveau cycle produit pour envisager l'intégration de la batterie de 48 volts. "La décision appartient aux constructeurs, certains de nos clients l'ont prise", laisse-t-il entendre.

 

Cocorico ! La France profitera à plein de cette innovation à fort potentiel. En effet, Valeo va concentrer une large partie de la production des éléments au sein de son usine nordiste, près du Touquet (62). Ce site, qui est le important au monde en termes de production de machines électriques pour l'automobile, voit ses investissements pérennisés dans le temps. "On lui apporte de la pérennité et même de l'augmentation de volume de production", explique Michel Forissier.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Rupert Stadler placé en détention provisoire et remplacé à la tête d'Audi

Le patron d'Audi vient d'être placé en détention provisoire par la justice allemande dans le cadre d'une enquête pour fraude et complicité d'émission de faux certificats. Le groupe VW a annoncé

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

Exclusivité JA : AAA Data lance Predictive Solutions

AAA Data lance une offre prédictive d’achat sur le marché automobile français, afin d'aider les professionnels à identifier les potentiels acheteurs de véhicules à un horizon trois mois.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page