Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mercedes CLS : l'étoile brille toujours

Mercedes CLS : l'étoile brille toujours

Tous les mois, le JA vous fait découvrir les valeurs résiduelles d'un véhicule récemment lancé sur le marché du neuf. Alternative séduisante, depuis 2004, aux traditionnelles berlines tricorps, le CLS ne change pas de philosophie avec cette troisième génération, mais y ajoute encore de style et de technologies pour répondre à une concurrence toujours fournie.

 

Dans les entreprises comme ailleurs, les SUV ne cessent de gagner du terrain. Pourtant, les berlines font de la résistance et leur retour en grâce pourrait être facilité par une fiscalité qui ne tiendrait pas compte de l'incidence du cycle WLTP sur le CO2. Ceci étant, certains modèles semblent se jouer de tout cela grâce à un charisme hors norme. Le Mercedes CLS en fait partie.

 

Depuis son apparition en 2004, ce créateur du segment des berlines-coupés s'est taillé une belle place avec de 375 000 ventes dans le monde, dont de 13 600 en France. Il a également pris une place importante dans l'univers professionnel puisque 65 à 70 % de ses ventes y ont été réalisées. Cette troisième génération ne devrait donc pas déroger à la règle et Mercedes se montre ambitieux avec une volonté de conquête affirmée. Peut-être de quoi effacer des tablettes le record de 2006 où 1 921 CLS avaient été immatriculés dans l'Hexagone.

 

Près de 70 % des ventes aux professionnels

 

A l'image de la populaire Classe A qui vient également d'être lancée, et sans doute sous l'influence des nouvelles règles d'homologation, Mercedes a simplifié sa gamme pour finalement proposer "ce qui se vend", résume l'état-major de la marque. Ainsi, après avoir constaté que le prix moyen en France était de 82 500 euros dans le passé, la marque propose la finition la vendue, l'Executive, à 82 900 euros. De , pour la première fois, le CLS est également disponible en 5 places. Dans les showrooms depuis le début du mois de mars, le CLS est seulement disponible avec des mécaniques 3 litres 6-cylindres associées à une BVA9 et quatre roues motrices 4Matic. Mais des cylindres en ligne et non en V. Une nouvelle génération de blocs, aussi bien essence que diesel, apparue il y a quelques mois sur la Classe S et qui va se diffuser dans la gamme.

 

L'esprit de la grande berline à l'étoile se retrouve également dans l'habitacle et jusque dans les Adas qui sont quasiment identiques. Mais revenons sur les mécaniques. Honneur au diesel qui a représenté jusqu'ici 98 % des ventes du modèle. Il est donc logique de retrouver deux blocs fonctionnant au gazole dans l'offre de lancement. Le "petit", qui équipe le CLS 350d, affiche tout de même une puissance de 286 ch et un couple de 600 Nm pour des émissions de CO2 comprises entre 148 et 156 g/km en cycle mixte (5,6 à 5,8 l/100km). Bien que les émissions  soient identiques, la puissance du 400d grimpe à 340 ch et le couple culmine à 700 Nm. Un 4-cylindres diesel fera son apparition durant le cycle de vie pour encore élargir la diffusion.

 

Hybridation légère

 

Les mécaniques essence, notamment la version du 6-cylindres qui équipe le CLS 450 4Matic, ne démérite pas, bien au contraire, avec son hybridation légère (un alterno-démarreur 48V baptisée "EQ Boost") qui permet d'ajouter 22 chevaux aux 367 déjà présents. Malheureusement le niveau de CO2 est rédhibitoire pour le marché français (178 à 184 g/km). Enfin, juste un mot du CLS 53 AMG qui sera sans doute la seule version essence qui trouvera grâce aux yeux des clients. Les équipes d'AMG se sont, pour la première fois, penchées sur ce nouveau 6-cylindres en ligne pour en sortir 435 ch, 520 Nm de couple et 200 g/km de CO2. L'EQ Boost peut, ici aussi, venir injecter 22 ch supplémentaires comme soutenir le moteur thermique pour en réduire la consommation. Ce CLS 53 AMG restera sans doute le puissant de cette génération car au-dessus de lui va venir se positionner l'AMG GT quatre portes dont la gamme va débuter où s'arrête celle du CLS. Quant à une version hybride rechargeable, elle n'est pas annoncée pour l'heure mais parions qu'elle fera partie des trente modèles PHEV annoncés par Mercedes d'ici 2022.

Christophe Jaussaud

 

Etude des valeurs futures de :

 

La Mercedes CLS 350d Sportline à 83 250 euros

 

 

Mois

KM

Valeur vente (en %)

Valeur vente (en euros)

12

20 000

67,60

56 291

24

40 000

57,70

48 008

36

60 000

49,20

40 949

48

80 000

41,80

34 775

Source Autovista

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
WLTP : la direction de l'énergie et du climat planche sur un barême corrigé du malus

Alors que le projet de loi de finances 2019 est en cours d'examen, le gouvernement serait en train d'élaborer une neutralité fiscale liée aux normes d'homologation WLTP, mais qui ne serait pas prête

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page