Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Les vendeurs Peugeot pourront utiliser l'arme des nouvelles normes

Les vendeurs Peugeot pourront utiliser l'arme des nouvelles normes

Jean-Philippe Imparato, patron de la marque Peugeot, ne craint pas les nouvelles normes d'homologation qui seront en vigueur en septembre pour tous les modèles. Il revient également sur les enjeux des lancements des 508, 508 SW et Rifter.

 

"Le cycle WLTP n'est déjà un sujet pour Peugeot." Jean-Philippe Imparato, directeur général de la marque, ne craint visiblement pas les nouvelles normes d'homologations WLTP qui arriveront dès septembre sur tous les modèles. Les normes Euro6.c qui servent aujourd'hui d'ores et déjà de référence et de point de comparaison montrent en effet des émissions assez proches des anciennes normes.

 

"Les données doivent être mises à jour en permanence et nous devons diposer d'un rythme de connaissance suffisant pour que les vendeurs dans le réseau aient un maximum d'informations et puissent utiliser cette arme, poursuit le patron de la marque. Le réseau doit ainsi devenir bilingue WLTP avant de l'être sur l'électrique."

 

 

Pour Peugeot, il s'agit également d'un bon exercice de préparation pour l'objectif européen de 95g/km en 2020. "Nous respecterons l'objectif fixé par la Commission européenne. Il n'est pas question de payer un euro supplémentaire d'amende ou de taxe", ajoute Jean-Philippe Imparato.

 

En attendant cette date butoir, l'avenir proche de la marque et de son réseau tourne autour de trois lancements majeurs : la 508, la 508 SW et le Rifter, qui vont s'étaler de juin à novembre 2018. A ce titre, les commandes de la 508 First Edition, proposée depuis mars 2018 au salon de Genève, montrent une appétence de en importante pour la commande sur Internet. 900 véhicules ont ainsi été vendus, dont 400 à particulier avec un accompte de 500 euros versés sur Internet.

 

Une expérience qui visiblement sert de base de discussions aujourd'hui avec le réseau. Si les ventes sur Internet poursuivent leur progression, les contrats de distribution pourraient être revus avec des standards a maxima afin de réduire les frais de structure qui ne devraient pas dépasser 3 %.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le Brexit : une opportunité pour l’industrie automobile française ?

A l’occasion du FEAL 2018, congrès sur l’industrie automobile du futur, la question du Brexit sur les activités industrielles britannique et européenne a été posée. Pour ieurs intervenants,

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

Exclusivité JA : AAA Data lance Predictive Solutions

AAA Data lance une offre prédictive d’achat sur le marché automobile français, afin d'aider les professionnels à identifier les potentiels acheteurs de véhicules à un horizon trois mois.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page