Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Motul enrichit sa gamme 8100

Motul enrichit sa gamme 8100

Pour les moteurs essence de nouvelle génération, et en particulier les moteurs turbocompressés à injection directe, Motul lance deux nouveaux produits en mesure d’apporter une réponse au phénomène de L.S.P.I.

 

On le sait, les moteurs Essence turbocompressés à injection directe présentent un certain risque de phénomène de préallumage sporadique dans les chambres de combustion. Ce type de combustion anormale, s’il s’apparente à un bruit métallique sporadique, peut être associé à une courte perte de puissance. Mais, surtout, ce phénomène communément appelé L.S.P.I., pour Low Speed Pre-Ignition, ou également Rumble génère des pics de pression très élevés dans la chambre de combustion pouvant mener à la destruction du piston, et au final du moteur.

 

 

Aussi, pour ses moteurs essence très récents "downsizés", équipés de systèmes d’injection directe et de turbocompresseurs (soit ceux des marques Chevrolet, Opel et Vauxhall, entre autres), GM a développé la norme dexos1 ™ GEN2 au niveau des lubrifiants. Parallèlement, la norme américaine API SN Plus couvre désormais cette exigence de L.S.P.I afin de protéger parfaitement les motorisations essence turbo à injection directe. De quoi amener Motul à enrichir sa gamme 8100 bien connue en lançant deux nouveaux produits 100 % synthèse, sous l’appellation 8100 Eco-lite.

 

 

Ainsi, les nouvelles huiles Motul 8100 Eco-lite ont été déclinées dans les grades de viscosité 5W-30 et 0W-20, avec évidemment une basse et très basse viscosité HTHS (pour High Temperature High Shear) : respectivement ≥ 2.9 mPa.s. et ≥ 2.6 mPa.s.

 

 

Outre le fait d’être toutes deux positionnées "Fuel Eco" avec à la clé des économies d’énergie notables, elles ont pour points communs de répondre aux normes API SN Plus, ILSAC GF-5 (basée sur l’API SN) et GM dexos1 ™ GEN2, cette dernière imposant également au lubrifiant une stabilité thermique et une grande résistance à haute température afin de supprimer les résidus de combustion. En outre, elles sont conjointement recommandées pour les moteurs essence Honda, Hyundai, Infiniti, Kia, Lexus, Mazda, Mitsubishi, Nissan, Toyota, etc.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Loi Mobilités : un malus 2019 renforcé malgré le WLTP ?

Le projet de loi d’orientation des mobilités dévoilé le 20 juillet 2018 par Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, propose la mise en place d’un barème du malus

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page