Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Accord en vue pour Bosch Rodez

L'accord débloquerait l'investissement de 14 millions d'euros annoncé par Bosch.

Accord en vue pour Bosch Rodez

Bosch et les organisations syndicales devraient signer un accord permettant de valider l'investissement de 14 millions d'euros de l'équipementier allemand sur le site de Rodez, et ainsi éviter un plan social de 700 emplois.

 

La direction de Bosch Rodez (Aveyron) et les syndicats pourraient signer d’ici le 4 juillet un accord de transition qui prévoit le recours à une activité partielle jusqu’à fin 2021 et la recherche de "productions de diversification". Le site d’Onet-le-Château, dédié exclusivement à la fabrication et l’usinage de composants pour les moteurs diesel, est l’une des usines françaises les exposées à la baisse accélérée de ces motorisations en France et en Europe. Il emploie 1 545 personnes.

 

Fin janvier 2018, la direction du groupe allemand s’est engagée à investir 14 millions d’euros pour moderniser l’une des deux lignes de production que compte l’usine, sous réserve qu’un accord de compétitivité soit signé par le personnel sur la période 2018-2021. Faute d’accord, l’équipementier a annoncé qu’un plan social portant sur 700 emplois serait lancé d’ici la fin de l’année.

 

Jeudi, à l’issue d’un comité d’entreprise extraordinaire, le syndicat Sud, majoritaire, a déclaré à Reuters qu’il ne s’était pas encore positionné. La CFDT a indiqué qu’elle "devrait signer l’accord". "Nous n’avons pas pu obtenir une suite pour l’usine avec des produits Bosch existants. Il y a une petite chance de maintenir le site avec des projets de diversification. Trois ans de travail, c’est mieux que commencer le PSE dans six mois", dit Jean-Noël Cruilles, délégué syndical CFDT, pour qui un plan de sauvegarde de l’emploi portant sur 700 postes "mettrait en danger le site entier", le privant d’une "taille critique".

 

La CFE-CGC a annoncé dès mercredi qu’elle signerait l’accord, qui, selon elle, donnera "une bouffée d’oxygène au site pour les trois années à venir". De son côté, la CGT s’est engagée dès le 14 juin à ne pas apposer sa signature, faute de "projet industriel d’avenir".

 

La finalisation de cet accord de transition doit déclencher le déblocage de 14 millions d’euros pour "lancer la modernisation d’une ligne de montage d’injecteurs de génération 1 800 bars vers la génération 2 000 bars", précise la CFE-CGC. La direction de Bosch s’est engagée à assurer au site aveyronnais a minima 8 % de la production d’injecteurs vendus sur le territoire européen pour les trois ans et demi qui viennent.

 

Sur le volet de la diversification du site, demandée par l’Etat, l’équipementier pourrait investir jusqu’à 30 millions d’euros pour trouver de nouveaux débouchés qui permettraient d’occuper 300 salariés à l’horizon 2021. En contrepartie, les salariés vont devoir accepter une activité partielle dont le recours sera limité par des arrêts de production à l’occasion des congés, aux deux tiers imposés par la direction, ou encore un accord senior qui sera négocié en septembre 2018.

 

La direction a imposé que les salariés du site de Rodez prennent en charge 50 % du montant du coût résiduel occasionné par les périodes d’activité partielle. Ce montant sera prélevé "au réel sur l’intéressement perçu" durant la période 2018-2021. Les salariés pourraient perdre jusqu’à 900 euros par an, selon les informations des syndicats.

 

Le groupe allemand Bosch est présent en France depuis 1899 où il compte 23 sites et quelque 7 600 salariés. En 2016, Bosch France a réalisé un volume d’affaires de de 3 milliards d’euros sur le territoire national. (Reuters)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Loi Mobilités : un malus 2019 renforcé malgré le WLTP ?

Le projet de loi d’orientation des mobilités dévoilé le 20 juillet 2018 par Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, propose la mise en place d’un barème du malus

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page