Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Droits de douane : l’industrie allemande plaide pour un apaisement

Martin Wansleben (DIHK) propose une baisse des taxes plutôt que des tarifs punitifs.

Droits de douane : l’industrie allemande plaide pour un apaisement

Alors que le risque de guerre commerciale dans le secteur automobile devient réel entre les Etats-Unis et l’Europe, l’industrie allemande invite les deux parties à renoncer aux droits de douane envisagés. Une proposition également formulée par l’ambassadeur américain en Allemagne.

 

Les industriels allemands font entendre leur voix dans l’affaire des droits de douane qui oppose les Etats-Unis et l’Europe. La perspective de voir les automobiles européennes, et donc allemandes, taxées de 20 % en cas d’exportation aux Etats-Unis soulève un vent d’inquiétude légitime.

 

Pour Martin Wansleben, le directeur général des chambres allemandes de l’industrie et du commerce (DIHK), "il vaut mieux discuter d’une baisse des taxes au lieu d’aggraver la situation avec de nouveaux tarifs punitifs". Le responsable estime "judicieuse" l’issue proposée mercredi soir par l’ambassadeur des Etats-Unis en Allemagne, Richard Grenell, aux représentants des constructeurs allemands BMW, Daimler et Volkswagen et de l’équipementier Continental. Celui-ci a indiqué que le président Donald Trump suspendrait ses menaces d’imposer des taxes douanières sur les importations de voitures de l’Union européenne si cette dernière levait celles sur les véhicules américains.

 

Cet appel a semble-t-il été entendu par Angela Merkel qui se déclare aujourd’hui prête à négocier et à envisager une baisse généralisée des taxes sur l’automobile "avec tous les pays avec lesquels nous commercialisons des voitures". La chancelière a par ailleurs précisé qu’une position européenne commune sur le sujet était en cours d’élaboration.

 

La visite du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à Washington avant la fin du mois sera l’occasion de discuter de ce sujet particulièrement sensible. (avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Loi Mobilités : un malus 2019 renforcé malgré le WLTP ?

Le projet de loi d’orientation des mobilités dévoilé le 20 juillet 2018 par Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, propose la mise en place d’un barème du malus

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page