Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mercedes-Benz EQC, le grand saut dans l’électrique

Dieter Zetsche, le président du directoire de Daimler AG et responsable de Mercedes-Benz Cars, lors de la révélation de l'EQC.

Mercedes-Benz EQC, le grand saut dans l’électrique

Le constructeur signe son entrée sur le marché de l’électrique avec l’EQC, un SUV affichant une autonomie de 450 kilomètres en cycle NEDC et délivrant une puissance de 408 ch. Sa commercialisation est prévue pour l’été 2019.

 

Mercedes-Benz a vu les choses en grand pour la révélation de l’EQC, le premier né de sa marque EQ dédiée aux véhicules électriques. Dieter Zetsche, le président du directoire de Daimler AG et responsable de Mercedes-Benz Cars, a présenté en personne ce nouveau modèle devant ieurs centaines de journalistes du monde entier réunis pour l’événement à Stockholm, en Suède.

 

Avec l’EQC, Mercedes-Benz intègre le cercle encore très fermé des constructeurs de véhicules électriques haute performance défriché par Tesla. Jaguar a récemment dévoilé son jeu avec la i-Pace, et sera prochainement imité par Porsche et Audi. La bataille s’annonce passionnante.

 

La marque à l’étoile s’invite donc elle aussi dans la danse, mais il faudra patienter un peu avant de s’asseoir au volant de l’EQC. Sa commercialisation n’est pas prévue avant l’été 2019 et l’ouverture des commandes interviendra au mieux au printemps prochain. Cela signifie que les tarifs ne seront pas connus avant au moins six mois.

 

450 km d’autonomie NEDC

 

A défaut de pouvoir signer le chèque, les futurs clients peuvent d’ores et déjà s’imprégner des caractéristiques techniques. L’EQC, qui n’est pas un simple GLC électrifié insiste-t-on chez Mercedes-Benz, dispose de deux moteurs électriques aux essieux avant et arrière développant une puissance cumulée de 408 ch. Au rayon des performances, le SUV affiche une vitesse de pointe de 180 km/h, un couple maximal de 765 Nm et une accélération de 0 à 100 km/h en 5,1 secondes. Signalons également que cette architecture permet de bénéficier d’une transmission intégrale.

 

Mais que les performances pures, c’est l’autonomie de l’EQC qui focalise l’attention. Pour l’heure, le véhicule est annoncé à 450 kilomètres en cycle NEDC. A titre de comparaison, une Jaguar i-Pace émarge à 480 kilomètres en cycle WLTP. L’EQC accuse d’ores et déjà un certain déficit par rapport à ce concurrent malgré sa batterie lithium-ion de forte capacité (80 kWh). Il faut dire que Mercedes-Benz n’a pas fait dans la dentelle au niveau du poids puisque le SUV affiche 2 425 kg sur la balance, dont 650 kg sont attribués à la batterie. Un beau bébé.

 

Le constructeur assure néanmoins avoir tout mis en œuvre afin que l’EQC soit le moins énergivore possible. Il dispose tout d’abord de ieurs niveaux de récupération d’énergie que le conducteur sélectionne grâce aux palettes situées derrière le volant. Le mode "D--" est censé être si efficace qu’il n’est nécessaire d’appuyer sur la pédale de frein. L’assistant ECO vient ensuite épauler le conducteur afin qu’il minimise la consommation en se basant sur les données de navigation et celles relevées par les capteurs du véhicule. Ainsi, il propose de lever le pied à l’approche des virages, des ronds-points ou des descentes et d’anticiper les limitations de vitesse. A cela vient enfin s’ajouter le système multimédia MBUX qui fournit au conducteur une multitude de paramètres sur l’état du véhicule.

 

Produit en Allemagne

 

Pour le reste, l’EQC n’a rien à envier à un véhicule traditionnel de la marque. Son habitacle se veut haut de gamme avec des matériaux nobles, son habitabilité est convenable pour un tel gabarit (4 761 mm de long et 2 873 mm d’empattement) et son coffre atteint un volume de 500 litres, une valeur plutôt moyenne. Viennent s’ajouter tous les équipements en boutique chez Mercedes-Benz, que ce soit au niveau des aides à la conduite, de l’infodivertissement ou du confort.

 

Précisons pour finir que l’EQC dédié au marché européen sera assemblé dans l’usine de Brême, en Allemagne, et sa batterie sera fabriquée dans l’usine de Kamenz, toujours outre-Rhin. Le SUV sera également produit en Chine. L’EQC n’est que le premier maillon de l’offensive de Mercedes-Benz dans l’électrique. Le constructeur ambitionne de lancer un modèle électrique dans chaque segment de marché d’ici à 2022. Un plan produit qui s’accompagnera de l’injection d’un milliard d’euros dans la production de batteries et de dix milliards d’euros dans les produits.


 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Prime à la conversion : les caisses sont vides !

Victime de son succès, le dispositif de la prime à la conversion semble bloqué. Alors que 100 000 primes avaient été budgétées par Bercy, de 250 000 demandes devraient être enregistrées

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page