Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Quelles perspectives pour le marché de l'occasion en France ?

Quelles perspectives pour le marché de l'occasion en France ?

Une récente étude de Xerfi analyse les évolutions du marché de la seconde main à court et moyen termes. Pour ces experts, le marché ne retrouvera des couleurs qu'à partir de 2019 et les professionnels pourraient d'ailleurs en tirer profit...

 

Le marché de l'occasion est-il en crise ? Pas vraiment. Au cumul depuis le début de l'année, les ventes ne reculent que de 1,7 % et un rebond est attendu dès septembre. Mais force est de constater qu'après les bons crus de ces dernières années, près de 6 millions d'unités écoulées en 2015 et 2016, le dynamisme entrevu tend à s'essouffler, selon une étude réalisée par Xerfi sous le titre "Le marché VO à l'horizon 2021, digitalisation de l'offre, nouveaux entrants, percée du leasing : quelles perspectives pour le marché et ses acteurs ?".

 

Selon les prévisions de Xerfi, le marché devrait s'établir à +0,4 % cette année et descendre encore un peu l'an prochain (+0,3 %). "Il faudra patienter jusqu'en 2019 pour que la dynamique des ventes repasse au-dessus de 1 %", estime Xerfi, qui voit ce marché de la seconde main croître de 1,2 % en 2020 et de 1,3 % en 2021.

 

Au-delà de ces considérations volumétriques, Xerfi voit une bonne nouvelle pour les professionnels. "Aujourd’hui, environ 85 % des voitures achetées par les particuliers sont des véhicules d’occasion. Au sein du marché, les véhicules anciens souffrent des évolutions réglementaires comme la prime à la conversion, le durcissement du contrôle technique ou encore les restrictions de circulation. A l’inverse, la part des véhicules récents progresse, alimentée entre autres par l’essor du secteur de la location de véhicules et par celui de la vente en LOA de VN. Conséquence notamment de cette hausse des ventes de VO récents, la part de marché des professionnels sur le marché se renforce rapidement au détriment des transactions entre particuliers", explique Xerfi, qui parie sur l'augmentation de la part des professionnels d'ici 2021 : "Celle-ci atteindra 41 %, favorisée notamment par l'arrivée sur le marché d'un nombre croissant de VO issus de la vente en LOA de voitures neuves."

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Prime à la conversion : les caisses sont vides !

Victime de son succès, le dispositif de la prime à la conversion semble bloqué. Alors que 100 000 primes avaient été budgétées par Bercy, de 250 000 demandes devraient être enregistrées

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page