Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le véhicule autonome servira... à se détendre

47 % des automobiles sondés imaginent se relaxer à bord des véhicules autonomes, selon Oresys.

Le véhicule autonome servira... à se détendre

D'après les résultats d'une enquête menée par Oresys via son réseau Cordence Worldwide, les automobilistes attendent des véhicules autonomes qu'ils leur permettent de dormir et de se relaxer.

 

Près d'un automobiliste sur deux déclare attendre avec impatience l'arrivée des véhicules autonomes et notamment pour un usage de relaxation. Tel est le résultat d'une étude menée récemment par Oresys, via son réseau Cordence Worldwide, dans cinq pays, dont la France, l'Allemagne, les Etats-Unis, la Chine et le Japon. Tous pays confondus, lors d'un voyage seul à bord, la possibilité de dormir et de se relaxer est plébiscitée (47 %), juste devant celles de se divertir (40 %) et de se restaurer (38 %). L'hypothèse de faire du véhicule autonome un lieu de travail n'obtient que 36 % des suffrages, alors que la notion de "beauté, bien-être et fitness" arrive bonne dernière de ce classement avec 23 %.

 

Ce même classement change d'ordre lorsque de deux personnes s'embarquent dans un véhicule autonome. D'après l'enquête, le divertissement trône alors (64 %), suivi par la possibilité de travailler en réunion (61 %) si le trajet dure d'une heure. Autrement, la restauration (55 %) et la relaxation (41 %) figurent dans le haut du tableau des réponses. Une vision des consommateurs qui influe sur les équipements. Les sondés rapportent qu'ils privilégieront des configurations qui donnent la priorité à des sièges confortables pour se relaxer ou travailler (57 %) et permettant de voyager tranquillement (56 %).

 

Toutefois, les clients de véhicules autonomes rechignent à dépenser des fortunes. L'étude nous apprend en effet que la majeure partie des sondés évaluent à quelques centaines d'euros l'effort qu'ils sont prêts à consentir de faire. Seuls 5 % des participants sont prêts à passer la barre des 1 000 euros. Notons enfin que les automobilistes qui jugent passer trop de temps dans leur voiture se montrent enclins à débourser pour les fonctionnalités. En effet, 15 % seraient prêts à payer de 500 euros, contre 7 % pour les autres.

Copyright photo : Renault

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Prime à la conversion : les caisses sont vides !

Victime de son succès, le dispositif de la prime à la conversion semble bloqué. Alors que 100 000 primes avaient été budgétées par Bercy, de 250 000 demandes devraient être enregistrées

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page