Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Norauto inclut le diagnostic antipollution à sa révision

Depuis cinq ans, Norauto propose déjà un diagnostic de l’encrassement des moteurs avec l'Ecoperformance.

Norauto inclut le diagnostic antipollution à sa révision

Dès janvier 2019, le contrôle technique se durcit encore avec de nouvelles mesures antipollution. Pour accompagner cette évolution réglementaire, Norauto lance aujourd’hui la révision Ecocontrôle.

 

Le contrôle pollution fait désormais partie du forfait révision chez Norauto. L’enseigne de centres-autos vient en effet d’officialiser le lancement de sa prestation Ecocontrôle, qui intègre le diagnostic 5 gaz. Son tarif est, en moyenne, 9 euros élevé qu’une révision traditionnelle. Le réseau entend ainsi préparer ses clients au nouveau durcissement du contrôle tehnique avec l’instauration d’un nouveau test d’opacité des émissions de polluants à partir du 1er janvier 2019.

 

"Dès le 1er janvier 2019, le contrôle technique se durcit avec un renforcement des mesures d’opacités. Cela va permettre une meilleure détection des surémissions de particules, des fumées de moteur diesel ainsi que ieurs gaz polluants rejetés par les moteurs à essence", rappelle Xavier Chocraux, responsable du réseau Norauto.

 

Selon la filiale du groupe Mobivia, le taux moyen de véhicules diesel soumis à contre-visite suite au test d'opacité pourrait ainsi passer de 0,87 % à minimum 16 %, soit environ 2 millions d’automobilistes contre 100 000 aujourd’hui. "Dans les faits, le contrôleur technique utilisera alors comme motif de contre-visite une opacité excessive ou instable. Ce diagnostic ne pourra définir la cause du motif. Tandis que l’Ecocontrôle Norauto pourra cibler le problème, et permettra à nos experts de le résoudre", ajoute Xavier Chocraux.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Paul-Henri Dubreuil :

Comme annoncé hier dans nos colonnes, le groupe Dubreuil récupère les sites de Chartres et Dreux, et signe ainsi son retour dans le réseau Citroën, marque avec laquelle il a créé la structure Claris

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page