Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
La mobilité pourrait peser jusqu'à un quart des profits d'une concession

En Europe, Renault teste 200 projets de nouveaux formats de distribution.

La mobilité pourrait peser jusqu'à un quart des profits d'une concession

Alors que la mobilité sous toutes ses formes se développe, les distributeurs et les marques automobiles sont bien décidés à ne pas laisser le terrain de jeu aux start-up. Et pour cause : le business pourrait représenter jusqu'à 25 % du profit d'une concession.

 

Les offres de services et de mobilité se multiplient mais, pour l'instant, les acteurs traditionnels que représentent les distributeurs automobiles n'y sont pas réellement intégrés. La place est occupée par des start-up dont les applications permettent de répondre aux besoins des clients, que ce soit en termes d'autopartage ou de covoiturage. Des loueurs de courte durée s'immiscent dans le mouvement comme le montre le partenariat lancé entre Renault et Ada pour l'offre Moov'in.Paris.

 

Mais, actuellement, rien de généralisé du côté des concessionnaires. Pourtant, des initiatives sont prises localement et les constructeurs réfléchissent sérieusement à faire évoluer leur rôle.

 

"Nous avons partagé avec notre réseau notre vision du futur de la distribution. Il faut bien sûr que ce soit une source de discussion, mais nous devons procéder au bon mouvement, explique Guillaume Couzy, directeur du commerce France de Peugeot. En premier lieu, il s'agit de développer la rentabilité des activités hors vente de véhicules neufs, mais aussi celles du véhicule d'occasion ou encore l'après-vente sur le parc ancien."

 

Nouveaux formats de distribution

 

Chez Renault Retail Group, le site de Saint-Etienne, basé à proximité du tramway, propose par exemple un service de mobilité complet et la possibilité pour l'automobiliste de venir chercher un véhicule en ouvrant lui-même le portail de la concession. Philippe Buros, directeur du commerce France de Renault, estime quant à lui que "les concessions fourniront une partie de la nouvelle mobilité".

 

Dans le réseau de la marque au losange, une étude géomarketing de chaque plaque de distribution a démarré. A la clé, une combinaison de ieurs formats avec des petits showrooms digitaux en centre-ville et des concessions classiques à l'extérieur des cités. Ainsi, Thierry Koskas, directeur commercial du groupe Renault, nous expliquait lors d'une rencontre au Mondial de l'Automobile : "En Europe, nous testons environ 200 projets de nouveaux formats de distribution avec une présence développée dans les centres commerciaux."

 

Peugeot travaille également sur un modèle de vente de véhicules électriques avec un credit mobilité. L'enjeu est crucial car, selon Guillaume Couzy, les services pourraient amener entre 20 et 30 % du profit d"une concession !

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Paul-Henri Dubreuil :

Comme annoncé hier dans nos colonnes, le groupe Dubreuil récupère les sites de Chartres et Dreux, et signe ainsi son retour dans le réseau Citroën, marque avec laquelle il a créé la structure Claris

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page