Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Gaz de climatisation : l’Allemagne condamnée pour son soutien à Daimler

L'Allemagne a été condamnée par l'Europe pour son soutien à Daimler lors de sa guerre contre l'Europe concernant le gaz de climatisation.

Gaz de climatisation : l’Allemagne condamnée pour son soutien à Daimler

L’Allemagne paie son soutien à Daimler dans le bras de fer qui opposait le constructeur à l’Europe sur le refus de l’utilisation du gaz de climatisation HFO-1234yf.

 

C’était un feuilleton qui avait tenu en haleine à la fois l’Europe et la France, mais aussi les concessionnaires des marques du groupe Daimler : celui du gaz de climatisation HFO-1234yf. Petit rappel des faits : au 1er janvier 2013, alors que l’Europe instaurait le remplacement du gaz de climatisation R134a par le HFO-1234yf, jugé moins polluant, certains groupes automobiles ne l’ont pas entendu de cette oreille. En tête de file, Daimler, arguant que ce nouveau réfrigérant pouvait provoquer un incendie en cas de collision frontale, selon ses propres tests. Et ce, avec la bénédiction de l'Allemagne.

 

Conséquence immédiate en France : la décision du ministère de l’Ecologie de suspendre des immatriculations des CLA, SL, Classe A et B de l’Allemand. Qui, en mai 2014, s’était finalement vu à nouveau autorisé à commercialiser ses modèles avec le gaz R134a, alors que le Conseil d’Etat désavouait la décision du ministère de l’Ecologie. Un an tard, la Commission européenne lançait alors une action en justice contre l’Allemagne qui soutenait le refus de Daimler…Le groupe avait fini par plier et finalement adopter le nouveau gaz.

 

L’Allemagne symboliquement condamnée

 

Mais, aujourd’hui, l’Allemagne paie son soutien au groupe allemand : la Cour de justice des communautés européennes (CJCE) a condamné le pays pour avoir autorisé le R134a dans le système de climatisation d’un total de 133 000 véhicules Daimler, alors que celui-ci avait été interdit dans le cadre de la directive MAC du 1er janvier 2013. Le CJCE a jugé que l’Allemagne n’avait pas pris de mesures "visant à rétablir la conformité" dans certains types de véhicules Daimler, n’ayant pas ordonné au constructeur allemand de rappeler les véhicules utilisant du R134a, et ce, jusqu’en 2017.

 

Daimler a effectivement été appelé à cette échéance par l’autorité allemande des transports à procéder au rappel des 133 000 modèles concernés, mais ne s’est, pour l’heure, pas encore exécuté. L’Allemagne a également été condamnée pour ne pas avoir appliqué les sanctions à l’encontre de Daimler. Il s'agit cependant d'une victoire plutôt symbolique puisque aucune amende n’a été infligée à l’Allemagne, uniquement condamnée à subvenir à ses propres frais de justice et à la moitié de ceux de la Commission européenne.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Paul-Henri Dubreuil :

Comme annoncé hier dans nos colonnes, le groupe Dubreuil récupère les sites de Chartres et Dreux, et signe ainsi son retour dans le réseau Citroën, marque avec laquelle il a créé la structure Claris

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page