Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Vulog fait entrer Patrick Pélata au conseil d'administration

Vulog fait entrer Patrick Pélata au conseil d'administration

Le fournisseur de solutions d'autopartage prend de l'envergure. Il a confirmé l'arrivée de Patrick Pélata au sein de son conseil d'administration.

 

Quand une société met en œuvre une stratégie à l'échelle mondiale, il lui faut une personnalité qui jouit d'une réputation mondiale. C'est ainsi que Vulog a décidé de faire entrer Patrick Pélata au sein de son conseil d'administration, selon une information communiquée par l'entreprise, ce 23 octobre 2018. L’ex-numéro deux de Renault et ancien dirigeant de la division automobile de Salesforce rejoint la start-up française alors qu’elle entre dans une phase d’accélération de sa croissance et de renforcement de son leadership sur un marché de la mobilité en pleine ébullition.

 

Pour Grégory Ducongé, le directeur général de Vulog, l'arrivée de ce renfort pèsera de tout son poids. "Son expérience exceptionnelle dans l’automobile et la tech, sa vision stratégique sur l’avenir du secteur automobile, ainsi que son engagement fort en faveur de l’émergence de nouvelles mobilités dans les villes constitueront des atouts précieux dans les prochaines phases de développement de la société", a-t-il commenté. Preuve en est, Patrick Pélata vient d'être missionné par le gouvernement d'Emmanuel Macron afin de collaborer avec Xavier Mosquet, associé chez BCG, et ancien conseiller de l'administration Obama, en vue de préparer une feuille stratégique qui fera de la France un chef de file de la mobilité électrique et autonome.

 

Vulog a pris pour habitude d'opérer en marque blanche, en qualité de fournisseur technologique. La start-up, fondée en 2006 à Nice, accompagne, à l'heure actuelle, des clients dans 25 villes sur 5 continents, dont le groupe PSA avec Free2Move à Washington et Wuhan en Chine (3 000 voitures en 2019)g et avec emov à Madrid et Lisbonne ( de 180.000 utilisateurs) ; le duo Kia et Repsol à Madrid avec le service Wible ; BCAA à Vancouver ; le groupe D’Ieteren à Anvers (premier service combinant voitures et scooters partagés) ; la société pétrolière MOL Group en Hongrie ; et les start-up Mevo en Nouvelle-Zélande et GreenMobility au Danemark.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Les concessionnaires peinent toujours à récupérer l'argent des primes à la conversion

Le gouvernement traîne toujours des pieds pour rembourser les distributeurs de l'avance réalisée pour les primes à la conversion. Pourtant, fin septembre 2018, 85 millions d'euros avaient été débloqués.

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page