Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Prime à la conversion : les démolisseurs à bout de souffle

L'afflux de VHU pénalise certains centres devenus saturés, mais aussi, par répercussion, les concessionnaires.

Prime à la conversion : les démolisseurs à bout de souffle

La prime à la conversion crée dans le secteur des démolisseurs un dangereux déséquilibre de l’activité. Certains centres VHU saturés ne peuvent traiter à temps les véhicules confiés.

 

Si elle est une aubaine pour les automobilistes, la prime à la conversion engendre bien des difficultés dans de nombreux secteurs automobiles. Si, d’un côté, les concessionnaires qui avancent aux clients leur prime subissent les conséquences sur leur trésorerie, de leur côté les démolisseurs doivent faire face à leurs propres soucis. Dans un courrier envoyé au Premier ministre Edouard Phillipe, le CNPA alerte sur le dangereux déséquilibre qu’engendre la prime à la conversion sur l’activité des 1 708 centres VHU, chargés de démolir les vieux véhicules récupérés par les concessionnaires lors de l’achat d’un véhicule.

 

"Les centres VHU n’ont pas tous bénéficié de l’afflux de véhicules à détruire suite à la prime à la conversion, explique le CNPA. En résumé, tandis que certains centres ayant des relations privilégiées avec les concessionnaires et les réseaux se retrouvent complètement saturés, d’autres regardent les véhicules passer." Avec, en conséquence, un double problème : un déséquilibre dangereux dans l’activité des démolisseurs, mais aussi un processus de traitement des VHU ralenti, pénalisant au passage les concessionnaires.

 

Des dangers sur le respect de la valorisation

 

Officiellement, 240 000 demandes de prime à la conversion auraient été formulées jusqu’ici. Certains centres VHU auraient ainsi déjà doublé, sur les dix premiers mois de l’année, le volume de véhicules traités par rapport à celui de 2017. Résultat, des délais de traitement allongés. Alors que la réglementation fixe aux démolisseurs un délais de six mois pour traiter les véhicules, la surcharge de certains centres ferait peser le risque de dépasser ce temps imparti et de déclencher les sanctions. "Il ne faut pas non occulter le risque que ces véhicules soient aussi moins bien valorisés par manque de temps", note le CNPA, qui rappelle que, en 2017, selon l’Ademe, 9 millions de pièces de réemploi ont été générées par la filière.

 

Sans oublier que, selon la directive de 2015, la France doit atteindre 95 % de réutilisation et de valorisation de la masse du véhicule. Des VHU moins bien valorisés font courir le risque d’un taux bien inférieur avec, en conséquence, des sanctions de l’Union européenne.

 

Les concessionnaires pénalisés

 

Mais cette saturation de l’activité touche aussi les concessionnaires avec des délais de traitement allongés. Notamment pour ceux qui ne transfèrent pas directement leurs VHU aux centres, mais qui les font transiter par leur réseau, qui lui-même s’adresse ensuite aux centres VHU. "Les centres VHU surchargés ne peuvent venir récupérer les véhicules rapidement, les concessionnaires ne peuvent donc pas retirer le certificat de destruction qui leur permet d’être remboursés de la prime à la conversion. Et même une fois ce certificat retiré, les retards de paiement de la part de l’Etat existent, ce qui plonge les concessionnaires dans des difficultés de trésorerie délicates", détaille le CNPA.

 

Sans compter que certains centres VHU ont eu des difficultés à éditer des certificats de destruction alors que l’Etat n’aurait pas réussi à fluidifier certaines demandes d’agrément pour l’accès au SIV, agrément renouvelable tous les six mois.

 

Le CNPA appelle à une répartition naturelle de l'activité

 

"Les pouvoirs publics ont minimisé le volume de véhicules détruits et les fonds nécessaires. S’ajoute ce concours de circonstance non sans conséquences pour la filière, mais aussi les concessionnaires", pointe le CNPA, qui sollicite une rencontre avec Edouard Philippe pour échanger sur ces diverses problématiques.

 

"L’idée serait d’inciter les professionnels de l’automobile à remettre directement leurs véhicules aux centres VHU sans passer par le réseau. Et d'essayer ainsi d’équilibrer la répartition de l’activité entre les VHU, en privilégiant la carte de la proximité avec les concessions. Nous visons une répartition naturelle du commerce et regrettons que tout le monde n’ait pas sa part du gâteau", conclut le CNPA.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Rétro auto 2018 : une année de nouvelles mobilités

L'année 2018 était pleine de promesses et elle les a tenues apportant de visibilité sur l'avenir du secteur. La France s'est positionnée en chef de fil en se rédigeant une feuille de route technologique

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page