Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Carlos Ghosn vers une nouvelle garde à vue de 22 jours

Carlos Ghosn vers une nouvelle garde à vue de 22 jours

Le parquet de Tokyo va lancer un deuxième mandat d'arrêt contre Carlos Ghosn sur de nouveaux soupçons de minoration de revenus. Le patron français, qui nie, pourrait à nouveau connaître une garde à vue de 22 jours à partir du 10 décembre prochain.

 

Carlos Ghosn est toujours en prison et, selon la presse japonaise du 5 décembre, il devrait y rester encore de longs jours. En effet, le parquet de Tokyo a de nouvelles accusations concernant trois années supplémentaires de dissimulation de salaire, qui justifient selon la presse de relancer une procédure de garde à vue pouvant durer vingt-deux jours à partir de lundi 10 décembre.

 

Les investigations pourraient aussi ultérieurement être étendues à d'autres motifs, Nissan reprochant à son ancien sauveur d'avoir commis des abus de biens sociaux tels que l'usage de résidences de luxe aux frais du groupe. Carlos Ghosn continue de nier toutes les charges contre lui.

 

Au Japon, le parquet s'est de son côté défendu face à certaines critiques sur la longueur de la procédure judiciaire et les conditions de détention venues de l'étranger. "Chaque pays a sa propre histoire, sa propre tradition, son propre système judiciaire. Je ne critique pas les législations des autres pays juste parce qu'elles sont différentes, et je trouve malvenu de le faire", a déclaré Shin Kukimoto, procureur adjoint de Tokyo, à l'occasion d'une conférence de presse. "Nous ne gardons pas les suspects en garde en vue prolongée si ce n'est pas nécessaire", a-t-il martelé.

 

Renault ne sait toujours rien !

 

Chez Renault, où des nouvelles de l'intéressé parviennent par l'intermédiaire des avocats et du corps diplomatique, on assure qu'il est prêt à se défendre. "Il est dans un état d'esprit vaillant et combatif", indique-t-on au siège de Boulogne-Billancourt. "Des messages de soutien, de respect et même d'affection" lui ont été adressés par la direction.

 

Cependant, mercredi 5 décembre, le constructeur français, qui possède 43 % de Nissan, n'avait toujours pas pu obtenir du partenaire japonais les éléments de son enquête interne transmis à la justice japonaise. Selon une source proche de l'entreprise, le partenaire japonais a proposé de communiquer une synthèse sous forme de "slides", mais Renault réclame une transmission d'avocat à avocat de la totalité des pièces à charge. Au sein du groupe français, on assure respecter les procédures en cours et la justice japonaise, mais on ne comprend toujours pas comment le patron aurait pu dissimuler des revenus.

 

"On respecte l'état de droit et la présomption d'innocence", confie un responsable. Mais la stupeur des premiers jours est toujours présente. "Les trois entreprises (Renault, Nissan et Mitsubishi) ont vécu un traumatisme et les jours passent, la stupeur monte", ajoute-t-il.

 

Chez Renault, on assure par ailleurs que l'entreprise continue de travailler "normalement" avec Nissan et Mitsubishi au sein de l'Alliance franco-japonaise. Le directeur général délégué, Thierry Bolloré, qui assure l'intérim de Carlos Ghosn, connaît très bien le dirigeant de Nissan, Hiroto Saikawa, avec qui il travaille quotidiennement depuis cinq ans.

 

Selon une source proche du dossier, il était prévu avant le début du scandale que Thierry Bolloré, dauphin désigné en février dernier, succède formellement à Carlos Ghosn à la tête de Renault en février prochain. Sa priorité reste en tout cas le renforcement de l'Alliance. (Avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Rétro auto 2018 : une année de nouvelles mobilités

L'année 2018 était pleine de promesses et elle les a tenues apportant de visibilité sur l'avenir du secteur. La France s'est positionnée en chef de fil en se rédigeant une feuille de route technologique

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit .

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page