Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Guillaume Paoli, Aramisauto :

Guillaume Paoli revient sur les leviers de la croissance d'Aramisauto en 2018.

Guillaume Paoli, Aramisauto : "Nous sommes satisfaits de notre rapprochement avec PSA"

Guillaume Paoli, cofondateur d’Aramisauto, revient sur l’année 2018 marquée par son expansion à l’international avec le rachat de Cardoen. Le dirigeant évoque aussi l’apport de PSA, son actionnaire majoritaire, dans son activité.

 

Quels résultats pour Aramisauto en France en 2018 ?

 

Sur un marché français du VO atone en 2018, Aramisauto a enregistré une croissance importante. Nous avons écoulé sur ce marché 40 000 véhicules, en très grande majorité du VO. Le tout pour un chiffre d’affaires de de 500 millions d’euros soit une progression de 15 % par rapport à 2017. Aujourd’hui et au cumul, nous avons vendu un véhicule à de 200 000 français. Nous nous appuyons sur un réseau de 30 points de vente et avons vu notre trafic et notre notoriété s’accroître grâce, bien sûr, à d’importantes dépenses publicitaires, mais aussi à un bouche à oreille positif. Le lancement de ieurs services sur les trois dernières années et notre détermination à régler certains problèmes que nous ont remontés nos clients, liés notamment à des retards de livraison ou à l’immatriculation des véhicules, nous ont permis de progresser sur la satisfaction client.

 

Qu’en est-il de votre activité à l’étranger ?

 

Notre expansion à l’étranger a débuté en avril 2017 avec notre prise de participation au capital de la start-up espagnole Clicars.com, puis nous avons étendu notre présence à l’international en mai avec le rachat de Cardoen. Cet acteur de la distribution automobile indépendant belge comptant 350 collaborateurs a été à l’origine d’un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros. Résultat, alors qu’il y a encore trois ans, l’international ne représentait rien dans notre chiffre d’affaires, il pèse aujourd’hui un peu moins d’un tiers. Notre chiffre d’affaires global s’élève ainsi à près de 700 millions d’euros avec 55 000 véhicules vendus.

 

Avez-vous prévu d’autres rachats à l’international ?

 

Sur ce volet, nous sommes avant tout en phase de consolidation. Nous essayons de voir comment travailler ensemble, développer des synergies et partager des bonnes pratiques. L’idée est de bien batîr une relation et une culture de travail.

 

Comment la prise de participation de PSA dans votre capital a servi vos ambitions ?

 

Nous étions au départ partis pour réaliser une levée de fond mais avons finalement choisi de travailler avec PSA puisque nous partagions la même vision du VO et avons estimé que nous pouvions développer des synergies. PSA nous a tout d’abord apporté de l’argent frais pour nos développements, mais aussi un sourcing important puisque nous leur achetons des VO, au même titre que d’autres distributeurs. Ce sourcing, qui a effectivement contribué en partie à notre croissance en France, est un point capital. Nous sommes donc satisfaits de notre coopération avec PSA, même si, avant de concrétiser une opération, on s’attend à toujours de synergies !

 

Avez-vous pu garder votre totale indépendance dans votre stratégie ?

 

Le groupe joue le jeu car il nous laisse nous développer de façon indépendante. L’essentiel de nos VO PSA proviennent, en dehors des reprises, du groupe. Ce qui ne veut pas dire que nous allons mettre particulièrement en avant ses quatre marques, bien que la part de marché de PSA dans notre sourcing VO est légèrement supérieure à celle du marché. Le but est bien de continuer en tant qu’acteur multimarque. Nous restons d’ailleurs concurrent des réseaux de PSA, qui a de toute façon l’habitude d’avoir de la concurrence, en tant que groupe multimarque.

 

Pensez-vous que votre rapprochement avec PSA a permis de pacifier les relations entre négociants, constructeurs et distributeurs ?

 

Je pense qu'il y a toujours eu beaucoup de fantasmes sur les mandataires, négociants et leurs volumes réalisés. Il n’existe pas de chiffres officiels, mais un rapide calcul permet de se rendre compte que leurs parts dans les transactions totales VO et VN restent marginales. Peut être que la distribution automobile indépendante a parfois agacé la distribution classique avec ses prix bas, mais cette dernière reconnait toutefois son sérieux. Nous traitons correctement nos clients, nous sommes droit dans nos pratiques commerciales.

 

Sans compter que les mandataires et négociants se sont bien professionnalisés au fil des années et ont su développer des savoir-faire qui peuvent intéresser constructeurs et distributeurs comme la vente à distance ou encore la recommercialisation des VO. Les honnêtes d’entre eux diront d'ailleurs qu'ils ont pu s’inspirer des mandataires et négociants sur un certain nombre de choses. La logique inverse fonctionne aussi : la distribution automobile indépendante a également des choses à apprendre de la distribution traditionnelle. Quoiqu’il en soit, le marché reste large, surtout sur le VO où les professionnels ont une part de marché importante à récupérer.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Vulcain va déployer l'enseigne Easy VO

Après une année 2018 de consolidation et d'investissements, le groupe Vulcain démarre l'année 2019 sur les chapeaux de roue avec l'ouverture de sa plateforme de préparation, de deux centres Easy VO, un développement

Electromobilité : les points à retenir du rapport reçu par l'Elysée

Quatre mois après avoir confié une mission sur les nouvelles mobilités et les véhicules autonomes à Patrick Pelata et Xavier Mosquet (BCG Consulting), Emmanuel Macron a présenté les conclusions

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page