Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Vignette Crit’Air 1 pour les véhicules diesel : les avis divergent

Vignette Crit’Air 1 pour les véhicules diesel : les avis divergent

L’idée d’accorder la vignette Crit’Air 1 aux véhicules diesel les récents alimente les discussions au sein du Gouvernement. Tous les ministres ne sont pas sur la même longueur d’onde.

 

Faut-il étiqueter les véhicules diesel les récents avec la vignette Crit'Air 1 théoriquement attribuée aux automobiles les moins polluantes ? Le quotidien Le Monde a avancé mercredi 7 février que le ministère de l'Economie réfléchissait à cette possibilité. Interrogé jeudi à ce sujet en marge du salon des entrepreneurs, Bruno Le Maire a expliqué n’avoir « pas à choisir les motorisations, ce qui compte c'est que les critères environnementaux soient rigoureusement respectés. La vignette Crit'Air 1, elle définit un certain nombre de critères, de rejets de particules fines ou de dioxines dans l'atmosphère qui sont des critères stricts. Les véhicules qui respectent rigoureusement, strictement, à 100 % ces conditions-là, doivent pouvoir bénéficier de la vignette ».

 

De toute évidence, le sujet n’a pas été discuté entre grands ministères. Sur Sud Radio, jeudi matin, Elisabeth Borne s'est montrée plutôt critique. « Ce qui est clair, c'est que le diesel pollue et qu'on a des problèmes de particules, on a des problèmes d'oxyde d'azote. Donc en effet les vignettes Crit'Air 1 qui caractérisent les véhicules les moins polluants, elles ne sont pas accordées aux véhicules diesel », a déclaré la ministre des Transports. Elle s’est toutefois déclarée ouverte au débat tout en rappelant que les problèmes de pollution font « 48 000 morts prématurés par an ».

 

Emmanuelle Wargon, la secrétaire d’Etat à la Transition écologique, a pour sa part affirmé que « le ministère de l'Ecologie est contre, ça n'aura pas lieu. Ce n'est pas une décision industrielle, c'est une décision pour savoir ce qui est bon pour la santé des gens, ce qui est bon pour la transition écologique ». De toute évidence, le débat est lancé. « Nous allons en discuter avec le ministre de l'Environnement François de Rugy. Nous verrons si c'est opportun ou si ça ne l'est pas, si on a toutes les assurances voulues, si les évaluations ont été faites de manière totalement indépendante, et nous verrons ensuite », a ajouté Bruno Le Maire. (avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Vulcain va déployer l'enseigne Easy VO

Après une année 2018 de consolidation et d'investissements, le groupe Vulcain démarre l'année 2019 sur les chapeaux de roue avec l'ouverture de sa plateforme de préparation, de deux centres Easy VO, un développement

Electromobilité : les points à retenir du rapport reçu par l'Elysée

Quatre mois après avoir confié une mission sur les nouvelles mobilités et les véhicules autonomes à Patrick Pelata et Xavier Mosquet (BCG Consulting), Emmanuel Macron a présenté les conclusions

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page