Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Pourquoi le segment premium a du plomb dans l'aile à l'échelle mondiale ?

Au premier trimestre 2019, 33 % des ventes de véhicules premium étaient à attribuer à Mercedes.

Pourquoi le segment premium a du plomb dans l'aile à l'échelle mondiale ?

Alors que les ventes de véhicules premium se sont contractées de 10 % au cours du premier trimestre 2019, une récente étude du cabinet Jato tente d'apporter des réponses sur les raisons de cette tendance.

 

Avec 346 500 unités au compteur entre janvier et mars 2019 , les ventes mondiales de véhicules premium ont accusé une perte de 10 % par rapport au premier trimestre 2018. Un repli d'autant surprenant qu'il fait suite à une croissance annuelle de 3,5 %, à 1,38 million de voitures du segment E, l'an passé, traduit par une percée en termes de parts de marché, à 1,73 % contre 1,67 %, en 2017.

 

Pourtant donc, le segment premium a souffert au début de l'exercice en cours. En Chine, les constructeurs ont livré 141 000 unités au premier trimestre 2019, soit 6 % de moins qu'en 2018. En Europe, la chute est conséquente. A 106 000 unités, le marché du premium perd 13 %. Dans le même temps, l'Amérique du Nord accusait 9 % de baisse (53 000 livraisons) et le duo Japon et Corée du Sud s'effondrait, à 34 000 ventes, soit 19 % de moins qu'en 2018.

 

Aucune carrosserie ne tire son épingle du jeu. Les berlines premium voient leurs livraisons se contracter de 8,7 %, à 284 000 unités, au terme du trimestre, tandis que les SW rendaient 16,4 %, à 51 000 unités, à travers le monde. Un changement de réflexe de consommation qui se lit davantage sur les produits de haut de gamme typés. Si les cabriolets fondent de 5,26 %, les coupés s'écroulent à 29,9 %, à 6 100 unités. Mercedes a d'ailleurs annoncé aux Etats-Unis que les modèles les sportifs sur le segment premium disparaitront du catalogue.

 

Le diesel pointé du doigt

 

Le changement de mode de consommation. C'est là que le bât blesse selon les analyses de Jato. Entre la chasse au diesel – notamment en Europe – et le manque de motorisations électrifiées, les clients se tournent vers d'autres solutions, parfois hors du périmètre. Sur les trois marchés majeurs pour les véhicules premium fonctionnant au gazole, les ventes accusent des baisses significatives. En Europe, les 75 000 unités du premier trimestre se traduisent par une perte de 12 % du volume. Au Japon-Corée du Sud, les marques constatent une coupe de 48 %, à 5 500 unités. L'Inde cumule 1 600 unités, soit -24 %.

 

Dans le rang des premiums à moteur essence, il s'est vendu 21 000 voitures sur le marché nippo-coréen (-28 %), quand l'Amérique du Nord perdait 9 %, à 45 000 unités, soit autant que la Chine, à 128 000 exemplaires. "L'une des meilleures opportunités pour le segment dans les mois à venir sera l'arrivée des versions électrifiées", écrit alors Felipe Munoz, expert de l'industrie automobile de Jato. Ce qui sera particulièrement avéré sur le marché européen, selon ce dernier.

 

La pompe est déjà amorcée. Les véhicules premium à énergie alternative ont gagné 21 %, sur la période, en Europe. Les concessionnaires en ont ainsi livré 11 000 exemplaires. En Corée-Japon, les volumes ont explosé. Au cours du premier trimestre, 8 000 voitures ont été immatriculées, soit 165 % de qu'en 2018. La Chine domine d'une courte tête, avec 13 000 unités, soit tout de même 52 % de qu'un ana auparavant. Au total cette branche pèse 12 % des ventes, contre 8 %, il y a un an.

 

Les hybrides s'envolent

 

Mais qu'est-ce que les distributeurs livrent exactement dans le monde ? En grande majorité des hybrides. Bien emmené par Lexus et renforcé récemment par les Mercedes Classe E et CLS, le segment revendique 23 700 unités durant les trois premiers mois, soit 119,5 % de croissance. Les hybrides rechargeables n'ont pas à rougir. Les volumes sont passés de 8 700 à 13 900 (+59,7 %), en un an. La BMW Série 5 (+97 %), les Volvo S90/V90 (+27 %) ne sont pas étrangères à ce bilan flatteur. A la peine, les pures électriques ont observé une fonte de 56 %, à 5 000 unités, soit l'équivalent du retrait de la Tesla Model S.

 

Terminons en rappelant qu'au premier trimestre, un véhicule premium sur trois livré dans le monde portait l'étoile de Mercedes. Stuttgart devance Munich. Les BMW représentaient 25 % du marché. Avec 18 % de pénétration à l'échelle mondiale, Audi achève d'imposer loi allemande. A noter que ce trio monopolise 84 % des ventes en Europe. Derrière, Lexus parvient à s'accrocher (11 % de pénétration mondiale), soit presque deux fois le poids de Volvo (6 % de parts). Genesis (2,4 %), Tesla (1,4 %), Jaguar (1,3 %), Cadillac (0,7 %), Infiniti et Maserati (respectivement 0,5 %) et Acura (0,1 %) complètent le panel. 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Année noire en perspective pour le salon de Francfort

Grand-messe de l'automobile, en alternance avec le Mondial de Paris, le salon de Francfort va sans doute vivre sa pire édition en septembre 2019. La liste des constructeurs absents ne cesse de s'allonger.

Le partenariat VO entre GGP et Norauto prend forme

La collaboration entre le groupe GGP et le réseau de centres autos se précise avec le lancement du panneau "Les Occasions Norauto". L’enseigne recrute en effet ses futurs commerciaux dans près d’une

Le CNPA réclame le maintien des VO et du diesel dans le système de prime à la conversion

A l'occasion du comité stratégique de la filière automobile, Francis Bartholomé, président du CNPA, a lancé une alerte au Premier ministre et dénonce une communication difficilement lisible. La stabilité

Damien Pichereau, député :

Damien Pichereau figure dans le Top 50 des députés les influents dans le secteur du transport. Cet élu LaREM dans la Sarthe, a été très actif lors des discussions de la loi LOM. CO2, malus...

Rebondissement dans le litige qui oppose le groupe Midi Auto à PSA

Alors que la procédure sur l'exécution du contrat de distributeur de pièces de rechange PSA du groupe Midi Auto n'est pas encore terminée, Me Renaud Bertin, avocat de MA pièces Auto Bretagne, produit

Juin 2019 : deux jours ouvrés de moins font trébucher le marché VP

En facial, les immatriculations ont chuté de 8,4 % sur le mois de juin 2019. En réalité, la baisse est bien moins importante car juin 2019 offrait deux jours ouvrés de moins qu'en 2018. Sur le semestre,

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page