Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Renault magnifie son Captur

Depuis son lancement en 2013, le Captur totalise déjà 1,2 million de ventes.

Renault magnifie son Captur

Avec cette deuxième génération du Captur, entièrement nouvelle, Renault confirme les progrès déjà visibles sur la Clio. Tout semble réuni pour poursuivre la sucess story. Le Captur va même être le premier hybride rechargeable de Renault et aussi du segment B.

 

Alors que la Clio est dans les showrooms depuis le mois de juin, Renault poursuit le renouvellement de son segment B. En effet, le constructeur a dévoilé le tout nouveau Captur. Un modèle apparu en 2013, produit à Valladolid en Espagne, et qui s'est déjà vendu à de 1,2 million d'exemplaires. L'année 2018 a encore totalisé 231 751 unités. Cette nouvelle génération va prendre encore d'envergure puisqu'elle sera distribuée dans 70 pays dont, et c'est une nouveauté, en Chine avec une production locale. Le modèle y sera d'ailleurs lancé en fin d'année, comme en Europe.

 

A l'image de la Clio, le Captur cuvée 2019 repose sur la nouvelle plateforme CMF-B de l'Alliance. Les équipes du Technocentre sont ainsi quasiment partie d'une feuille blanche mais "conserver l'esprit Captur" était un impératif pour Laurens Van Den Acker, le patron du design du groupe français. Le concept a séduit, les chiffres de ventes en témoignent, "mais nous étions attendus sur l'exécution et notamment à l'intérieur" explique encore le designer. Les attentes devraient être largement comblées car le petit SUV ne perd pas son âme mais y ajoute les équipements et les matériaux de la nouvelle Clio. Un vrai changement de monde. Sur ce thème de la qualité de présentation intérieure, ces deux modèles font mieux que certains de leurs concurrents, même premium.

 

Le Captur a également grossi, passant de 4,13 à 4,23 m, mais sa silhouette reste familière. La face avant assure clairement la filiation alors que l'arrière a complétement été revu avec des épaules large soulignées par de nouveaux feux en C. L'empattement gagne 35 mm et le coffre gagne 81 litres pour culminer à 536 litres. La banquette arrière est toujours coulissante sur 16 cm. A l'image de la Clio, le SUV dispose maintenant de toutes les Adas pouvant lui conférer un certain degré d'autonomie. Un ensemble de prestations qui fait osciller le Captur entre les segments B et C.

 

La personnalisation reste un élément clé du succès rencontré jusqu'ici et Renault ne change pas la recette. Plus de 90 combinaisons seront disponibles en mixant 5 toits, 11 teintes et 3 packs de personnalisation. Notons que 80 % des Captur de la première génération ont été livrés en carrosserie bi-ton. Les ambiances intérieures sont au diapason avec 8 choix possibles.

 

Sous le capot, le nouveau Captur va ouvrir un nouveau chapitre chez Renault qui sera aussi une première sur le segment B. En effet, alors que la Clio sera une hybride traditionnelle, le Captur sera proposé, durant le premier semestre 2020, en version hybride rechargeable. Avant cela, la gamme traditionnelle sera composée de trois offres essence (1.0 Tce, 1.3 Tce 130 et 155 ch) mais aussi deux Diesel avec le 1.5 dCi 95 et 115 ch. La boîte double embrayage EDC7 pourra équiper les mécaniques les puissantes.

 

"Nous voulons rester les leaders" explique-t-on chez Renault. Les ambitions sont élevées et la volonté est de montée en gamme avec une offre large. La fidélisation est un objectif majeur comme la conquête. Renault a d'ailleurs noté qu'un client sur deux vient du segment C. L'univers professionnel n'est pas négligé non puisqu'il représente près de 30 % des ventes (50 % pour la Clio). Ces derniers seront sans doute très attentifs au Captur PHEV. Renault pense même que cette offre pourrait rapidement devenir le cœur de gamme.

 

Techniquement, ce Captur PHEV va marier un bloc 4 cylindres 1.6 atmosphérique de 90 ch et un moteur électrique de 49 kW (66 ch) pour une puissance combinée de 150 à 160 ch. La batterie du système, d'une puissance de 9,8 kWh, permettra de rouler 45 km (cycle WLTP) en mode 100 % électrique. L'ensemble de ce système ajoutera 200 kg au Captur. A titre de comparaison, la future Clio hybride e-Tech affichera elle un surpoids de 100 kg.

 

En fin d'année, le Captur va donc retrouver son meilleur ennemi, le Peugeot 2008. Si le Lion a cultivé la veine stylistique du 3008, il a toutefois fait un pari très risqué sur la partie électrifiée. En effet, là où Renault a choisi l'hybride rechargeable, sans réelle contrainte d'utilisation, Peugeot proposera son 2008 en 100 % électrique avec 310 km d'autonomie. Pour un SUV a vocation familiale, souvent le véhicule unique du foyer, avantage à Renault.

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Faurecia déjoue les pronostics au premier semestre 2019

Dans un contexte de marché difficile, l'équipementier français a bien résisté. Son bénéfice net a progressé de 1 % au premier semestre, à 346 millions d'euros. Les volumes de ventes sont toutefois

Les services connectés, nouvel eldorado des distributeurs Mercedes ?

Mercedes-Benz dévoile ses ambitions autour des services connectés. Une potentielle manne financière pour le constructeur…et pour les distributeurs ?

La filière automobile abasourdie par la nouvelle prime à la conversion

Mesure brutale, absence de concertation et manque de vision globale : industriels et distributeurs dénoncent un texte illisible qui rend impossible les projections sur le devenir de la prime à la conversion.

Les véhicules diesel d'occasion exclus de la nouvelle prime à la conversion

La prime à la conversion, qui entre en vigueur le 1er août 2019, se recentre sur les véhicules électriques et les foyers modestes. Seuls les modèles neufs et d'occasion émettant moins de 117 g de CO2 pourront

La nouvelle prime à la conversion entre en vigueur au 1er août 2019

Contre toute attente et sans concertation avec la filière automobile, le gouvernement a publié ce matin au Journal officiel les nouveaux critères d’accès à la prime à la conversion. Comme prévu,

Année noire en perspective pour le salon de Francfort

Grand-messe de l'automobile, en alternance avec le Mondial de Paris, le salon de Francfort va sans doute vivre sa pire édition en septembre 2019. La liste des constructeurs absents ne cesse de s'allonger.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page