Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Faurie rachèterait trois affaires Renault / Dacia au groupe Peyrot

Le groupe Faurie s'est positionné pour racheter 3 concessions Renault Dacia du groupe Peyrot.

Faurie rachèterait trois affaires Renault / Dacia au groupe Peyrot

L’opérateur souhaiterait reprendre trois concessions lotoises Renault / Dacia au groupe Peyrot. L'occasion de conforter sa place dans le top 10 des importants investisseurs français de la marque au losange.

 

Le groupe Faurie veut consolider sa position dans le réseau Renault. Ce dernier vient de notifier à l’Autorité de la concurrence son ambition de reprendre les sites Renault / Dacia de Cahors, Souillac et Gourdon (46) appartenant à la société Dominique Didier Automobiles Cahors (DDAC), elle-même détenue par le groupe Peyrot. L’opérateur Corrézien conforterait ainsi sa position dans le top 10 des grands distributeurs Renault / Dacia en France en 2018. Celui-ci se plaçait l’an passé à la 8e place, avec 10 613 véhicules écoulés, à travers un réseau de sept concessions (voir tableau).

 

Cette opération montre une nouvelle fois le mouvement de concentration du réseau Renault. Depuis le début de l’année, près d’une vingtaine d’affaires ont changé de main, avec des mouvements de grande envergure. On se souvient par exemple, qu’en toute fin d’année 2018, le groupe Eden Auto s’était porté acquéreur du groupe Dupouy, puis que le groupe Maurin a ensuite notifié son intention de reprendre le groupe Saphir de Julien Daumont. Autres exemples de cette concentration, la rachat par Jean Rouyer de la concession Renault Clisson Autos, la reprise par le groupe Bodemer du groupe Court et enfin l'acquisition de Levôtre par Thivolle.

 

Alors que constructeur français souhaite, à terme, s'appuyer sur une cinquantaine d’opérateurs, l’indice de concentration de son réseau, calculé avec le ratio nombre de points de vente par nombre d’investisseurs, n’a jamais été aussi élevé. Il est même le fort, toutes marques confondues, atteignant 8,1 en 2018 contre 7,49 en 2017 et 7,32 en 2016.

 

Autre donnée marquante, sept investisseurs du réseau détenaient 10 sites ou l'an passé. Entre 2017 et 2018, le réseau Renault / Dacia est resté plutôt stable en passant de 554 à 551 points de vente. En revanche, le nombre d’investisseurs s’est contracté, passant de 74 à 68 en un an.

 

Top 10 des grands investisseurs Renault / Dacia en 2018

 

Groupes

Ventes

Emil Frey France

52 417

Gueudet

28 754

Bodemer

19 954

Schumacher

14 630

Rouyer

13 006

Bernard

11 772

Aratto

11 620

Faurie

10 613

Thivolle

9 725

GGP

9 083

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Faurecia déjoue les pronostics au premier semestre 2019

Dans un contexte de marché difficile, l'équipementier français a bien résisté. Son bénéfice net a progressé de 1 % au premier semestre, à 346 millions d'euros. Les volumes de ventes sont toutefois

Les services connectés, nouvel eldorado des distributeurs Mercedes ?

Mercedes-Benz dévoile ses ambitions autour des services connectés. Une potentielle manne financière pour le constructeur…et pour les distributeurs ?

La filière automobile abasourdie par la nouvelle prime à la conversion

Mesure brutale, absence de concertation et manque de vision globale : industriels et distributeurs dénoncent un texte illisible qui rend impossible les projections sur le devenir de la prime à la conversion.

Les véhicules diesel d'occasion exclus de la nouvelle prime à la conversion

La prime à la conversion, qui entre en vigueur le 1er août 2019, se recentre sur les véhicules électriques et les foyers modestes. Seuls les modèles neufs et d'occasion émettant moins de 117 g de CO2 pourront

La nouvelle prime à la conversion entre en vigueur au 1er août 2019

Contre toute attente et sans concertation avec la filière automobile, le gouvernement a publié ce matin au Journal officiel les nouveaux critères d’accès à la prime à la conversion. Comme prévu,

Année noire en perspective pour le salon de Francfort

Grand-messe de l'automobile, en alternance avec le Mondial de Paris, le salon de Francfort va sans doute vivre sa pire édition en septembre 2019. La liste des constructeurs absents ne cesse de s'allonger.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page