Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Décroissance en trompe-l'oeil pour Valeo

Décroissance en trompe-l'oeil pour Valeo

Le premier semestre de Valeo s'est achevé sur un repli de 1 % de son chiffre d'affaires par rapport à 2018. L'équipementier français passe néanmoins la tempête mondiale avec une performance supérieure de 4 points par rapport à la production automobile.

 

Il y a un an, Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, et son état-major, donnaient l'alerte en signalant qu'une crise couvait. Elle a depuis balayé l'industrie automobile. C'est dans un contexte de repli de 7 % du marché mondial que l'équipementier a présenté ses résultats financiers du premier semestre 2019. Le bilan fait mention d'un chiffre d'affaires en retrait de 1 % par rapport à l'an passé, à 9,776 milliards d'euros. Isolé, le segment de la première monte accuse une baisse de 3 % à périmètre et taux de change constant, en s'établissant à 8,22 milliards d'euros. Le groupe souligne néanmoins que rapporté à la production mondiale, ce total se place 4 points au-dessus de la tendance.

 

"En 2018, les principaux marchés ont été affectés, dont l'Europe qui a perdu 4 % et la Chine 12 %. Une situation qui s'est détériorée en 2019, note Jacques Aschenbroich. L'Europe s'est encore contractée de 5 % et la Chine affiche -16 %". Un phénomène qui n'a pas été sans conséquence sur le chiffre d'affaires de Valeo. Il rend 2 % dans la zone Europe/Afrique (à 4,02 milliards d'euros) et 19 % en Chine (861 millions d'euros). Au terme du premier semestre 2019, Valeo peut cependant se réjouir de la progression du CA en Amérique du Nord. L'équipementier gagne 6 %, à 1,62 milliard d'euros.

 

Durant la période, la marge opérationnelle a retrouvé des couleurs. Elle s'élève à 5,3 % du chiffre d'affaires, soit 0,5 point de mieux que l'an passé pour s'élever à 514 millions d'euros (+15 %). Le résultat net part du groupe atteint 162 millions d'euros, soit 74 % de , en prenant en compte une charge exceptionnelle de 30 millions d'euros. Rapporté au CA, cela correspond à 1,7 %, soit 0,7 point de qu'au premier semestre 2018.

 

Percée des ADAS

 

La vente de systèmes de visibilité demeure le premier marché de Valeo. Le groupe y réalise toujours un chiffre d'affaires supérieur à 3 milliards d'euros, malgré l'effritement. Les systèmes d'aide à la propulsion conservent la deuxième place, avec 2,56 milliards d'euros au bilan. Le ralentissement de la production entraine malgré tout un repli de 4 % du CA généré. Pour Valeo, les systèmes de confort thermique ont également glissé de 4 %, à 2,33 milliards d'euros. Le seul segment en croissance est en réalité celui du commerce des aides à la conduite (ADAS). L'équipementier français grappille 2 %, à 1,93 milliard d'euros, selon le rapport semestriel.

 

Le premier semestre a été porteur en termes de prise de commandes. Valeo a signé des contrats pour un total de 11,1 milliards d'euros, dont 42 % concernent des innovations. Le groupe se félicite d'être 1,3 fois supérieur au marché. 47 % des clients proviennent d'Europe et d'Afrique, 33 % sont originaires d'Asie avec notamment 17 % d'entre eux en Chine (dont 24 % sont des constructeurs locaux). L'Amérique du Nord pèse 17 % de ce volume. "En 2019, nous devrions cumuler 24 milliards d'euros de prise de commandes", lâche Jacques Aschenbroich. Le PDG observe que "toutes les préoccupations des constructeurs portent sur l'électrification et l'ajout de technologies ADAS, ce qui a un impact sur toutes les autres composantes du véhicule et permet de placer des produits". Le moteur électrique de 48 V profite de cet engouement et s'embarquera enfin sur un modèle de série, en début d'année 2020. La direction de Valeo estime avoir "10 à 20 ans" devant elle avec cette solution transitoire.

 

Des économies grandes que prévues

 

Interrogé sur le rapprochement entre l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et Waymo pour la conception du véhicule autonome, Jacques Aschenbroich prend la nouvelle avec confiance. Il ne classe pas la société californienne dans la liste des concurrents mais dans celle des clients potentiels. Raison pour laquelle Valeo a installé une équipe commerciale outre-Atlantique pour saisir les nouvelles opportunités. "Nous avons signé un contrat de fourniture d'équipements pour un robot-taxi d'un montant d'un milliard d'euros", confie le p-dg français, sans révéler l'identité du destinataire. Valeo conserve par ailleurs 15 % dans Navya, le constructeur de navettes autonomes.

 

L'entreprise sortie récemment du CAC40 va s'employer à regagner sa place dans le cercle fermé. Mais outre le rythme de croissance des ventes, le groupe travaille sur un plan d'économie. La R&D, le coût des matières premières, la fusion de services ou encore le non-remplacement de cadres sont autant de leviers actionnés par Valeo. Amorcé en début d'année 2019 avec l'ambition d'économiser 100 millions d'euros, l'ampleur des premiers effets conduisent Jacques Aschenbroich à estimer que le total pourrait se monter finalement à 250 millions d'euros, hors économie sur les frais de structure.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Faurie rachète les affaires VW, Seat et Audi du groupe Dargelos

Le groupe de distribution corrézien vient d’annoncer la reprise d’une partie des affaires du groupe Dargelos dans les Landes et le Lot-et-Garonne.

Le groupe LS ouvrira son showroom McLaren en octobre

C’est confirmé : le groupe Lamirault Schumacher ouvrira les portes du showroom McLaren en octobre 2019. En attendant, l’atelier recevra ses premiers clients dès le 1er août.

PSA : moins de business,  de profits

Malgré une baisse de ses ventes et de son chiffre d’affaires au premier semestre 2019, le groupe PSA est parvenu à améliorer sa marge opérationnelle et son résultat net.

Les services connectés, nouvel eldorado des distributeurs Mercedes ?

Mercedes-Benz dévoile ses ambitions autour des services connectés. Une potentielle manne financière pour le constructeur…et pour les distributeurs ?

La filière automobile abasourdie par la nouvelle prime à la conversion

Mesure brutale, absence de concertation et manque de vision globale : industriels et distributeurs dénoncent un texte illisible qui rend impossible les projections sur le devenir de la prime à la conversion.

Les véhicules diesel d'occasion exclus de la nouvelle prime à la conversion

La prime à la conversion, en vigueur au 1er août 2019, se recentre sur les VE et les foyers modestes. Seuls les modèles neufs et VO émettant moins de 117 g de CO2 pourront bénéficier d'une aide tout

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page